My personal training

My sporting evolution

J’ai décidé de vous décrire brièvement mes activités sportives, de mon enfance à aujourd’hui. Bien sûr le « today » est plus important que le « before », même si l « after » reste primordial. Vous pourrez suivre toute ma progression dans la catégories d’articles « My personal training », où je parlerai de mes entrainements perso, seule ou au sein de ma team.

A l’époque je n’étais pas très sportive, j’étais plutôt le genre d’enfant à préférer lire qu’à sortir faire un foot avec ses amies. Mais on n’a pas vraiment la même mentalité étant enfant que lorsqu’on grandit.

Souvent, les parents poussent leurs progénitures à faire beaucoup de sport  lorsqu’ils sont jeunes. C’est pourquoi j’avais certains de mes camarades de classe qui comptaient minimum deux sports à leur actif : foot, rugby, athlétisme, danse, équitation, …    Et j’ai moi – même essayé différentes activités, mais sans pour autant en trouver une qui me convienne.

J’ai tout d’abord essayé l’équitation. Imaginez alors une petite fille de 7 ans avec son casque sur un poney Shetland. Cette image est bien loin de ce que je suis maintenant. Mais pour en revenir aux chevaux, j’ai suivi cette expérience une année, et l’ai recommencée au collège, sans grand succès. Autant pour moi, l’équitation n’est pas du tout mon fort 😉

 

Voilà, je m’affiche un peu … Mais c’est plus facile de me voir en vrai que d’imaginer ma tête sur un petit poney 🙂

 

J’ai ensuite tenté la catégorie des sports de raquettes avec le badminton, puis, par la suite, le tennis de table.

 

Après l'équitation, les raquettes ... Mais apparemment ce n'était pas non plus adapté à ma personne ;)
Après l’équitation, les raquettes … Mais apparemment ce n’était pas non plus adapté à ma personne 😉

 

Le badminton m’a occupé pendant deux années non consécutives. L’ambiance du club n’étant pas très agréable, j’avais déjà en tête de couper court à ma participation, lorsque je me suis cassé le poignet. J’ai alors trouvé mon prétexte pour arrêter le bad.

On a ensuite tenté de m’initier au ping pong, dans le club où toute ma famille joue. Après deux, trois cours pas vraiment excitants, j’ai préféré arrêter car j’avais besoin d’un sport où je pouvais bouger, me défouler et me vider l’esprit, tout en ayant un prof ou un coach là pour moi. Pas de rester bloquée à une table, en pensant technique à chaque moindre mouvement, plutôt que de transpirer sans forcément tout le temps réfléchir. Et surtout, j’avais besoin de pouvoir admirer le résultat du sport sur mon corps. J’avais besoin de muscles, de force. C’était mes objectifs, et ça l’est encore aujourd’hui.

Un an plus tard, je trouvais enfin ce qui me correspondait … 😀

Mes parents devaient surement penser que je serai juste l’intellectuelle de la famille. Désormais, je suis, certes, une intellectuelle, mais aussi une sportive ! Ce qui m’a transformée ?

La boxe anglaise.

« At 14, I was the most disciplined guy around. I would get up at 5 o’clock in the morning and run five miles, and then go to school. Sometimes I would run behind the school bus, and the kids thought I was just crazy. I knew what I wanted »  – Sugar Ray Leonard

#Sportywoman

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *